Un peu d’histoire : la Plages des Catalans

Publié le 06/06/2011 par
Un peu d’histoire : la Plages des Catalans

L’anse des Catalans

À la fin du 19e siècle, la cité phocéenne assiste à la création de nombreux bains de mer sur son littoral. Avec l’entreprise de travaux d’aménagement urbain (route de la Corniche), le « bain de mer des Catalans » en fait partie.

On voulait alors faire de cette anse, une plage à la mode proche de la résidence impériale du Pharo
; un Casino devait en faire un des plus bel ensemble balnéaire d’Europe, mais ce projet échoua.



Structure privée de pontons de bois posés sur les rochers et sur pilotis, le « bain de mer » partage alors sa plage de sable blanc avec les barques de pêcheurs Catalans
. Dès leur arrivée, les premiers baigneurs contestèrent la présence des Catalans qui se retirèrent petit à petit en laissant seulement leur nom à la plage et au quartier. C’est à cette époque que de nombreuses installations (cabines, douches toilettes, plongeoirs…) sont construites, favorisant ainsi le développement des pratiques corporelles des Marseillais (natation, aviron, gymnastique).



Au cours des années 1920
, la plage des Catalans est une plage renommée pour ses culturistes : des anneaux et quelques barres fixes constituaient les agrées, beaucoup de bons gymnastes venaient à cette époque et jusque dans les années 60 pour faire des exercices.

Les classes sociales

La plage était très compartimentée ; il y avait les gymnastes, les baigneurs, et ceux qui se faisaient bronzer ; les hommes et les femmes ; on pouvait faire également une distinction entre les « pauvres » et les « riches » qui prenaient respectivement l’une des 2 entrées « les grands bains des Catalans » et « les petits bains des Catalans » ; personne ne se mélangeait, c’était le cas de toutes les plages d’Europe.

« La plage est divisée en cinq zones. Celle du milieu, large de cinq cents pas, doit rester vide, elle a pour fonction de séparer les deux secteurs réservés l’un aux hommes et l’autre aux dames… Cette distribution selon le sexe se double d’une frontière sociale. Le secteur dévolu au sexe masculin est divisé en deux zones. Dans la première, s’ébattent les membres des classes inférieures, dépourvus de cabines comme de voiture de bain. Le second secteur de sable est réservé aux riches, ceux-ci disposent de 20 ou 30 cabines équipées, de voitures et d’un chemin de planches qui évite à leurs pieds délicats d’éventuelles coupures. La 1ère des zones réservées aux dames bénéficie du même type d’équipement, dont se trouvent privées les femmes des classes inférieures, cantonnées dans le dernier secteur » Corbin – Le territoire du vide – 1827



Par la suite les 2 entrées de la plage des Catalans sont restées, même si plus aucune différenciation n’existait.

Le cercle des nageurs

Aux « Grands Catalans » (sur la droite quand on regarde la mer), se trouvait un groupe : « les Baigneurs. »

« Ils avaient un bonnet et un maillot spécial les « Grands Catalans ». C’était un groupe d’une dizaine de personnes, de très bons nageurs, des amoureux de la nature et de la mer » Entretien Paul Leccia 27/02/03

Ils s’écartaient de la foule pour pouvoir nager, faire du sauvetage en mer et des compétitions, mais ne pouvaient se mettre à l’eau les jours de Mistral. C’est pour cette raison, qu’ils décidèrent en 1921 de construire un club dans une crique abritée du vent. Avec des pioches et de la dynamite ils creusèrent jusqu’en 1928 le 1er bassin d’eau de mer (25m), bassin mythique où de nombreux records du monde ont été battus par la suite. Le Cercle des Nageurs de Marseille était né.

Il grossit par la suite en se dotant de plusieurs bassins couverts pour atteindre sa taille et sa renommée d’aujourd’hui.

La plage des Catalans aujourd’hui

Depuis 2003 la plage anciennement privée avec entrée payante, est redevenue publique ouverte gratuitement au Marseillais.



Plage populaire par excellence car la plus proche du centre ville, elle est aujourd’hui ouverte de 8h à 20h toute l’année, surveillée par des nageurs sauveteurs et dotée de douches/wc accessibles à tous durant les mois d’été (de juin à septembre). Les deux terrains du CVBC bénéficient d’une AOT* délivrée par la préfecture.

* Autorisation d’Occupation Temporaire.

Laisser une réponse

(*) correspond à un champ requis

*